Pêche à la carpe – Dix conseils pour l’hiver – Matt Eaton

Pêche à la carpe – Dix conseils pour l’hiver – Matt Eaton

L’hiver doit être l’un de mes moments préférés pour être sur la banque. Oui, la pêche peut être beaucoup plus difficile que pendant les mois les plus chauds mais, à condition de se fixer des objectifs réalistes, on peut avoir quelques mois enrichissants. La satisfaction tirée d’une capture en eau froide peut surpasser celle d’une capture en été. Chaque bouchée est durement gagnée à cette époque de l’année mais, en retour, les carpes ont tendance à être plus belles dans leurs couleurs hivernales et sont généralement à leur poids maximum.

Pour un pêcheur de carpes, il n’y a pas de meilleure vue qu’un banc gelé, la brume roulant à la surface de l’eau et un grand et gros miroir dans le filet. Les bivouacs, les vêtements et les sacs de couchage modernes sont conçus pour résister aux températures extrêmes, de sorte qu’il n’est absolument pas nécessaire de souffrir de nos jours.

J’aime autant, sinon plus, la pêche en hiver qu’en été. Si la pression du pêcheur, la liberté de mouvement, les couchers de soleil époustouflants et le défi sont minimes, il suffit d’y aller et de le faire. L’expérience m’a beaucoup appris au fil des ans et, bien qu’il n’y ait pas de règles strictes, voici quelques conseils qui pourraient donner une longueur d’avance à ceux qui s’apprêtent à pêcher la carpe pour la première fois en hiver.

1 – BAIT

Choisissez un appât qui a fait ses preuves en hiver. De nombreux fabricants d’appâts disposent d’une bouillette spécialement conçue pour l’hiver. En consultant les sites web de quelques sociétés d’appâts ou en parcourant les médias sociaux, vous aurez une idée des appâts qui font des affaires pendant l’hiver. Comme j’ai tendance à rester sur la même eau quelle que soit la période de l’année, je préfère utiliser un appât dont les poissons se nourrissent dans toute la gamme des températures. La cellule est mon premier choix car elle est tout aussi efficace quelle que soit la saison. Les principales choses que je recherche dans un appât d’eau froide sont une haute digestibilité, une attraction efficace à basse température et une texture ouverte. Je n’en veux pas un avec de grandes quantités d’huile, surtout celles qui forment un solide dans les températures auxquelles je l’utiliserai. Il est à mon avantage d’utiliser un bouillon qui les traversera relativement vite père que celui qui les remplira pendant une semaine.

2 – APPÂT – NE LE FAITES PAS !

Cela peut sembler en contradiction avec ce que je viens de dire sur le choix de la bonne bouillette, mais soyez patients – je vais vous expliquer.

La carpe se nourrit moins quand il fait froid. Si je peux les tenter de manger un boilie, pendant que je suis sur la banque, alors je veux un crochet dedans. J’ai attrapé beaucoup de mes poissons d’hiver avec des appâts simples. Mais l’appât est toujours important, très important. Mais je ne pêche pas beaucoup par-dessus.

En général, tous mes cadeaux sont encaissés quand je pars. Je les distribue partout, en m’efforçant de faire en sorte que chaque bouillette soit comme une seule. Cela permet d’habituer le poisson à ramasser des appâts bizarres. Si l’un d’entre eux montre que je peux lancer un hameçon, je suis sûr qu’il aura trouvé, et probablement mangé, un seul bouillette depuis ma dernière visite. Les appâts alimentaires et les appâts élevés attirent les appâts et il vaut la peine de les utiliser tous les deux jusqu’à ce que l’un d’eux soit efficace. Une fois qu’un hameçon reçoit un pick up, au moins deux des trois cannes seront ornées d’une à l’extrémité.

Il m’arrive de pêcher sur certains appâts, surtout lorsque les conditions semblent favorables, mais même dans ce cas, c’est généralement très peu. L’introduction d’une demi-douzaine de bouillettes à lancer s’est avérée être une tactique efficace par temps froid. Si cela semble particulièrement bon pour une bouchée et que nous sommes entrés dans une période très douce avec une pression d’air basse, je pourrais vraiment aller jusqu’à 30 appâts !

3 – RESTER MOBILE

Une fois que vous aurez trouvé leurs repaires hivernaux, vous pourrez peut-être vous installer un peu, mais d’ici là, j’ai bien peur que ce soit l’approche mobile qui l’emporte. Les poissons n’auront pas autant envie de voyager que pendant les périodes plus chaudes et n’habiteront souvent que de très petites zones du lac. J’ai besoin de pêcher là où ils doivent être avec un cri et les trouver peut être problématique. Si je ne vois aucun signe, il me faudra me déplacer jusqu’à ce que quelque chose se passe, soit une morsure, des lignes ou, peut-être, juste une ou deux observations. Avec les tapis de sol, les suremballages et tout l’attirail pour le temps froid, il est trop facile de rester assis et d’attendre. Il faut une certaine détermination pour être prêt à monter des bâtons dans le froid, mais vous devez le faire, au moins jusqu’à ce que vous ayez localisé leurs zones d’hivernage.

4 – EAU PROFONDE

Je sais que de nombreux conseils vous disent de vous diriger vers les bas-fonds lorsqu’il fait soleil, mais je n’ai pas du tout vécu cela, surtout au début de l’hiver. J’ai constaté que, de loin, les endroits les plus susceptibles de les trouver dans le froid sont les zones les plus profondes. Ces zones semblent toujours beaucoup plus attrayantes s’il y a un peu de couverture à proximité. Cela peut très bien nécessiter des nages totalement différentes. La meilleure zone d’hivernage que j’ai jamais trouvée était à 22 pieds de profondeur, avec une barre à flanc abrupt sur le côté le plus éloigné. J’étais presque à la verticale et je pense qu’elle offrait la sécurité, un abri contre les pires vents et un accès à l’eau peu profonde toute proche pour se réchauffer les jours de soleil.

Dans les eaux qui ne sont pas très profondes, je prendrais comme point de départ des chicots ou une autre forme de couverture. Cependant, je suivrais toujours les signes que les poissons pourraient vous donner de préférence à la pêche à l’aveugle.

5 – LES CHERCHER LA NUIT

D’après mon expérience, les carpes d’hiver sont beaucoup plus susceptibles de révéler leurs allées et venues pendant les heures d’obscurité. Sur Horton, les poissons se montrent souvent après minuit dans des zones qui, quelques heures auparavant, semblaient sans vie. Ces zones étaient celles où elles bouillonnaient le jour suivant et, avec un appât en place, il y avait une chance réaliste de mordre. Il valait toujours la peine de déplacer ou de refaire un moulage à ces endroits, car à la lumière du jour, le pétillement mettait généralement un terme brutal à l’alimentation.

J’avais l’habitude de me présenter volontairement vers dix heures du soir pour simplifier le choix de la baignade et de régler l’alarme sur une heure du matin au cas où il faudrait se déplacer. J’ai ainsi attrapé un certain nombre d’habitants du lac, très appréciés, après avoir observé les poissons qui se montraient ailleurs aux petites heures du matin. Déménager la nuit vous donne une longueur d’avance sur la plupart des gens.

6 – ÊTRE À LA HAUTEUR

Je pense que la carpe d’hiver devrait être considérée comme une campagne. Tous les indices, tels que les observations, peuvent être reportés à votre prochaine session, mais pour repérer ces indices, vous devez être sur place, quelles que soient les conditions. De nombreux pêcheurs n’embellissent les berges que pendant une période de vent doux du sud-ouest. J’ai plus confiance en moi pendant les périodes de haute pression. Les jours ensoleillés et les nuits glaciales ont été de bonnes conditions pour moi, mais le plus important est qu’une morsure peut se produire dans presque toutes les conditions, à condition que le lac ne soit pas complètement gelé. J’ai fait un sac sur la fin des vents froids du nord-est et j’ai même été pris sous la glace, donc aucune session n’est totalement sans espoir. Même un blanc peut être considéré comme une chance d’introduire un appât.

Ceux qui ont besoin de faire des prises régulièrement peuvent vouloir changer pour un lieu plus facile. Personnellement, je suis heureux de pêcher pendant l’hiver pour avoir la chance de faire une capture vraiment spéciale, même si au cours des hivers plus récents, je me suis déplacé vers des eaux qui offrent une proposition plus réaliste. Beaucoup d’eaux poissonneuses ont la réputation d’être très difficiles en hiver, mais je ne me suis jamais vraiment inquiété de cela. Beaucoup de lacs produisent très peu, simplement parce que personne ne les pêche. Avec un peu de chance et un peu d’observation, vous pourrez peut-être localiser cette zone d’attente que personne d’autre n’a trouvée.

Quand je dis « être prêt », je ne veux pas seulement dire avoir la motivation pour y aller. Cela signifie aussi être prêt à surveiller l’eau, à faire quelques circuits par jour pour les trouver et, en général, à fournir autant d’efforts qu’à n’importe quel autre moment. Les nuits sont longues et la plupart des gens utiliseront évidemment la radio, les médias sociaux ou d’autres moyens de divertissement pendant la longue période d’obscurité, mais vous devez quand même être allumé pour éviter de camper pendant l’hiver.

Si vous avez envie de vous lancer dans une campagne d’hiver, faites-le et allez jusqu’au bout. Si vous n’êtes pas vraiment prêt à le faire, il vaut peut-être mieux accrocher les cannes à pêche, rester à la maison et gagner quelques points de brownie, récupérer et recommencer au printemps. Mais si c’est le cas, vous devez faire tout votre possible pour en profiter comme il se doit. C’est un défi et un seul poisson dans un voyage peut être vu en conséquence, alors ne vous en voulez pas si c’est vous qui luttez. Il y a beaucoup de choses à apprécier quand on est sur la rive dans le froid, alors profitez-en au maximum.

7 – FAIRE SONNER LES CHANGEMENTS À DIFFÉRENTES ÉCHELLES

Lorsque l’on pêche à l’aveugle, en l’absence d’observations, j’ai constaté qu’il peut être judicieux de pêcher les cannes à pêche à différentes distances. Il y a normalement plus de place pour les répartir à gauche et à droite, ce qui me permet de couvrir de grandes quantités d’eau. Une fois qu’un motif se dégage, comme des captures ou des lignes, je peux alors placer toutes les cannes à pêche à la bonne distance. Je continue également à modifier les appâts des hameçons jusqu’à ce que quelque chose se produise. La troisième canne que beaucoup d’eaux permettent après novembre peut être utilisée pour essayer quelque chose de différent comme un filin, un sac PVA, etc. Une seule capture sur quelque chose qui sort de la norme pourrait être le catalyseur de beaucoup d’autres.

8 – LIENS À CROCHETS RIGIDES

J’ai tendance à utiliser des crochets plus longs à cette époque de l’année. Il y a deux raisons à cela. La première est que, avec moins de mauvaises herbes dans les environs, le lit du lac est plus propice à l’utilisation de ce type de présentation, surtout dans les zones plus profondes que je cible souvent. Deuxièmement, mais surtout, les carpes d’eau froide sont moins susceptibles de participer à une alimentation compétitive. Elles se déplacent moins et se nourrissent généralement d’appâts bizarres, c’est pourquoi je veux une plate-forme qui leur soit difficile à éjecter.

Des matériaux tels que la Stiff Ultra Skin de Gardner peuvent faire une énorme différence, car je crois que la rigidité est un problème auquel les carpes doivent faire face. Ce matériau doit être cuit à la vapeur directement, mais la bouilloire est allumée la plupart du temps pour les tasses de thé interminables, donc ce n’est pas vraiment un problème. Le processus de cuisson à la vapeur transforme la longueur du crochet, non seulement en le redressant, mais aussi en le rendant extrêmement rigide. Il est impératif d’utiliser une figure de huit nœuds de boucle à l’extrémité pivotante pour donner du mouvement à l’appareil. Sans cela, la rigidité sera contre-productive et rendra difficile pour la carpe de prendre l’hameçon en premier lieu. Lorsqu’elle est attachée avec une boucle, la rigidité n’entre en jeu que lorsque le poisson tente d’éjecter l’hameçon.

9 – GRANDS PLANS

Bien que je sois un fan de l’utilisation de la plus petite piste possible, je me retrouve à devoir en utiliser de plus grandes pendant l’hiver. Il est courant de pêcher à plus grande distance qu’en été et j’ai besoin d’un plomb qui me permette de pêcher à différentes distances, au cas où un poisson se montrerait éloigné des lieux où je pêche. En hiver, les conditions sont souvent plus venteuses et un gros plomb sera moins susceptible d’être dévié de sa trajectoire. Il sera également beaucoup plus facile de sentir les gros avançons dans un vent de travers. Il ne sert à rien de se débattre et le fait d’être frustré lorsque l’on augmente le plomb d’un demi-point rendra la vie plus facile.

10 – APPAREILS DE FORAGE APPÂTÉS DE RECHANGE

La grande majorité de mes captures hivernales ont eu lieu pendant les heures de lumière du jour. Je pense donc qu’il est avantageux de garder mes appâts dans l’eau le plus longtemps possible. Un gréement de rechange, appâté, équilibré et prêt à l’action peut être accroché en un instant, ce qui permet de gagner beaucoup de temps après une capture ou lors d’une refonte. L’optimisation des temps de prise potentiels peut entraîner des captures supplémentaires et même si cela ne représente que quinze minutes par canne et par jour sur une période de trois mois, cela représente une quantité importante de pêche efficace.
Gardner vend une gamme d’émerillons Covert Kwik Lok et C Lok qui sont les meilleurs pour cela.

Voilà pour mon top 10 des conseils pour attraper la carpe d’hiver. Je voudrais juste terminer en disant que la carpe d’hiver peut être tout aussi gratifiante qu’à n’importe quel autre moment. Attraper une carpe spéciale dans le froid signifie un peu plus que pendant l’été, alors allez-y et profitez-en !

Le post Carp Fishing – Ten Winter Tips – Matt Eaton est apparu en premier dans Gardner Tackle.