Comment pêcher la carpe avec du Maïs

Comment pêcher la carpe avec du Maïs

Quand : juillet à septembre ; Occasionnellement Octobre

Exception faite du silure, qui n’est, pour l’instant du moins, que très localement présent sur notre territoire, la carpe demeure le plus joli coup dont puisse rêver un pêcheur à la ligne. Les sujets de 10 kilo sont courants et, dans des rivières comme la Saöne, la Seine du l’Yonne, une carpe dépassant les 20 kilos n’est pas à considérer comme exceptionnelle. Ce qui ne signifie nullement que la capture d’un tel poisson soit banale et courante, loin de là, mais il faut savoir regarder les choses objectivement. Cela est aussi vrai dans les lacs de barrage qui abritent de fortes densités de carpes.

Nous trouvons trois variétés de carpes : les franches, avec le corps entièrement recouvert d’écailles, les cuirs, à la peau lisse ou ne présentant que quelques écailles, et les miroirs, comptant sur chaque flanc trois rangées horizontales de grosses écailles.

Elles se pêchent exactement de la même manière et réagissent de façon de identique.

Avant d’aborder le paragraphe de la pêche elle-même, il est capital de savoir comment se comportent les carpes vis-à-vis des pièges tendus par les pêcheurs. Dans l’état actuel des choses, de nombreux parcours très riches en beaux poissons sont véritablement sous-pêchés, et cela facilite grandement la tâche de celui qui débute, car la faculté qu’a la carpe de s’adapter rapidement au danger est vraiment exceptionnelle.

Vivant en troupes, les carpes que vous gardiez ou que vous les remettiez à l’eau, se rendent vite compte, en trois ou quatre jours, qu’il se passe quelque chose d’anormal. Elles font la relation entre le coup amorcé et le danger, et rapidement ne touchent plus à rien. Il suffit de se déplacer d’à peine 20m pour connaître à nouveau le succès, avec le même appât.

Sur un parcours très pêché, tous les postes représentent un danger potentiel; la carpe en arrive à se méfier de l’esche, et seuls sont pris les appâts qu’elle ne connaît pas. Cela explique qu’en Angleterre, où elle est sur-pêchée, mais toujours relâchée, les pêcheurs en soient arrivés à employer des aliments préparés pour chiens et chats, parce qu’ils avaient le bénéfice de la nouveauté. Au bout de quelque temps, il faut innover : c’est sans doute plus important que les teneurs en protéines !

Le matériel

Le matériel de pêche à la carpe

La bagarre peut se prolonger de longues minutes Il n’est pas rare de travailler un poisson de 15 kilos pendant une demi-heure ou une heure. Il n’y a pas de durée précise, car cela peut varier considérablement d’un endroit à l’autre. D’après notre expérience, les gros poissons de 15 kilos et plus ne sont pas les plus bagarreurs, ni les plus méchants. Ils ont moins de vitesse et sont donc moins dangereux qu’un spécimen de 7 à 8 kilos qui dévide un moulinet à toute allure pour regagner une souche ou un herbier où il pourra casser le nylon.

Compte tenu de tout cela, les cannes longues et lourdes en fibre de verre, de 5 m et plus, sont totalement dépassées. Avec la fibre de carbone ou le bore, il est possible, pour un prix abordable, d’avoir une canne courte, 3 à 3.60m, puissante et nerveuse, dont le nerf fatiguera bien plus rapidement n’importe quel poisson, tout en gardant suffisamment de réserve dans son action pour compenser une fausse manœuvre du pêcheur ou une réaction inattendue de la carpe.

La puissance de la canne est choisie en fonction du poids que vous voulez qu’elle lance, lequel dépend bien entendu de la distance à atteindre.

La qualité des anneaux doit être irréprochable car, lors du premier démarrage, l’échauffement dû au frottement est parfois considérable. Une canne en deux brins garde une action plus harmonieuse qu’une canne en trois éléments.

Le moulinet doit pouvoir contenir 200 m de nylon 0.35mm, et avoir un frein irréprochable. Pas question d’utiliser un moulinet qui, même desserré à fond, ne laisse que péniblement le fil se lbérer.

Pour les pêches à grande distance, un nylon lourd coulant rapidement est souhaitable. Pour la pêche à courte distance (moins de 20m, cela à moins d’importance. Pour l’empile, un fil souple est toujours préférable.

 

Le montage

Le montage le plus classique consiste à mettre la plombée en dérivation tout en passant le fil de potence à l’intérieur d’une gaine en caoutchouc siliconé. La façon d’accrocher l’esche, en l’occurence le grain de maïs, est beaucoup plus important. Le montage dit « au cheveu » est de loin l’un des plus opérationnels dans la majorité des cas : au lieu d’être piqué sur l’hameçon, l’appât est mis sur un fil fin 0.8mm en dérive.

L’action de pêche

Maïs, feveroles, pois chiche, fèves, haricots
Pour la pêche à la carpe vous pouvez tester le Maïs, les fèveroles, les pois chiches, les fèves et les haricots

Si nous avons choisi de pêcher au maïs, c’est parce qu’il est très répandu, mais nous pouvons aussi bien mettre pois chiches, féveroles, fèves, haricots, etc. Le maïs de culture, bien sûr long à cuire, est meilleur pour les grosses carpes il n’est pas ou peu attaquer par les brèmes ou gros gardons. De toute façon quelques soit l’esche choisie, il faut y accoutumer les poissons pendant deux ou trois jours, en venant faire la distribution à heure fixe (celle où vous pêcherez de préférences).

En action de pêche, évitez tout bruit sur la rive: un claquement de portière résonne très, très loin. Les lignes sont tendues, les détecteurs de touches mis en place , et il ne reste plus qu’à attendre. S’il n’y a pas de courant, il est préférable de laisser un peu de mou dans le fil. Il faut aussi savoir résister à la tentation de replacer les lignes à tout propos. Les plombs qui tombent à l’eau régulièrement sont vite considérés comme un danger. Même si un indicateur de touches a légèrement réagi, il faut attendre, la carpe pouvant venir plusieurs fois, à intervalles assez longs, avant de se décider à filer.

Lorsque le poisson est ferré, sa première réaction est de fuir pour mettre le plus de distance entre lui et le coup. Il n’y a pas grand chose d’autre à faire que de le laisser filer, et ce n’est que lorsqu’il faiblit qu’il est temps de commencer à prendre l’initiative.

La mise à l’épuisette reste l’épilogue logique. Un filet vaste et profond est souhaitable; malgré cela, un gros poisson, s’y blesse fréquement en s’arrachant les écailles. S’il y a possibilité de descendre dans l’eau, un morceau de bâche ou un grand ciré permettent d’emprisonner la carpe délicatement Pour ce qui est du reste, effectuez rapidement photo et pesée, avant de remettre la prise à l’eau en souhaitant qu’elle grossisse encore pour vous permettre de battre votre record !

Signalons que la plus grosse carpe capturée par Vincent Keetman en France à la ligne jusqu’à ce jour pesait 44 kilos !

Record de la plus grande carpe en France par Vincent keetman

 

Fermer le menu
×